Coups de coeur, coup de gueule

Avatar pourri ? The Dark Knight chef d'oeuvre ? You decide !

Modérateur: Amrith Zêta

Re: Coups de coeur, coup de gueule

Messagepar N°6 sur 20 Fev 2010 20:51

Invictus

Image


Gros dérapage de Clint Eastwood, dont je suis pourtant un grand fan mais qui s'est complètement fourvoyé dans cette histoire de rugby fédérant toute une nation. Je craignais le film sentimental au discours facile sur le sport qui permet de tout surmonter et réconcilier tout le monde, dans la pire tradition des films de sport hollywoodiens - et j'ai été servi puisque c'est exactement ça. On voit bien en quoi Mandela interpelle Eastwood, qui 'lit' le personnage à l'aune de ses précédentes incarnations (le gars vieillissant et solitaire, coupé de sa famille, engagé dans une ultime aventure rédemptrice et faisant plus ou moins équipe avec un fils ou une fille symbolique), mais le résultat est que Mandela est représenté comme étant un Saint absolu et sans failles, coupé de sa famille parce que celle-ci ne supporte pas sa philanthropie, j'vous jure... Quant au grand thème de la réconciliation, alors que la force du message de Mandela est qu'il faut se rabibocher avec les assassins de ses parents et de ses proches, le film décrit des blancs et des noirs finalement très intègres qui n'ont besoin que de surmonter leurs préjugés, ce qu'ils vont faire finalement très vite et très facilement. Un titre de journal rapidement aperçu suggère bien que tout ne tourne pas rond dans le pays, et les quelques plans des townships montrent quand même qu'il y a ptêtre bien quelques problèmes d'ordre économiques dans le pays (que le vrai Mandela a totalement échoué à endiguer, soit dit en passant), mais bon, Mandela ne se préoccupe que de sport et Eastwood aussi, alors faites pas chier. Quant au match final, il est consternant de clichés, avec ralentis et suspense à la con à l'appui (qui ont quand même eu le mérite de provoquer les rires -gênés- de la Salle). Bref, évitez Invictus et matez-vous plutôt Gran Torino par exemple, qui lui est du grand Eastwood comme on les aime.
Si quelqu'un m'a compris c'est que je n'ai pas été clair.
Avatar de l’utilisateur
N°6
Roi gaffeur du Gondor
Roi gaffeur du Gondor
 
Messages: 1382
Inscrit le: 02 Mar 2004 1:44
Localisation: Le Village

Re: Coups de coeur, coup de gueule

Messagepar underhilldaisy sur 05 Avr 2010 14:07

Un énorme coup de coeur pour ce film que j'ai vu il y a peu, qui pourtant est un classique. Je l'ai mis sans connaître l'histoire, sans savoir où j'allais et j'ai complètement accroché.
Il s'agit de The African Queen.

Image
*Ce n'est pas la girouette qui tourne, c'est le vent*
Avatar de l’utilisateur
underhilldaisy
Jamais pris au radar
 
Messages: 1856
Inscrit le: 01 Mar 2004 13:21
Localisation: Bdx

Re: Coups de coeur, coup de gueule

Messagepar Kimmy sur 21 Mai 2010 17:04

Image

Gaspar Noé's Enter The Void

J'en attendais beaucoup. C'est en effet un trip. Bien moins malsain qu'Irréversible, donc ceux qui hésitent à le voir à cause de ce film se détrompent.
Alors oui techniquement et esthétiquement c'est extrêmement bien fait, la caméra a une liberté absolue
!!! SPOILER !!! : cliquez sur le cadre pour l'afficher
!!! SPOILER !!! : cliquez sur le cadre pour l'afficher
jolies transitions de focale, d'endroit, fusion de prises de vue réelles + maquettes + ordinateur, d'hallucinations et de réalité, tout cela est très réussi. J'ai bien aimé aussi la décomposition du film en 3 formes de réalisation distinctes ("à travers les yeux" au début, juste derrière lui pendant les flashbacks, et vue libre quand son âme se balade).
Mais c'est quand même très, très long... Il aurait gagné en punch à le rétrécir d'une petite heure, à 2h30 ça fatigue rapidement. Dommage, c'est très fort mais ça aurait pu être encore plus mémorable. Malgré tout ça, il y a peu de réalisateurs au monde qui peuvent se dire aussi créatifs.
Avatar de l’utilisateur
Kimmy
Fan de Florent Pagny
 
Messages: 54
Inscrit le: 13 Oct 2008 20:58

Re: Coups de coeur, coup de gueule

Messagepar N°6 sur 03 Jul 2010 22:12

Image


Chouette film d'animation, par l'auteur des Triplettes de Belleville, sur un scénario de Jacques Tati et qui en rappelle en partie l'univers baroque. Presque sans paroles, parfois contemplatif, le film adopte un ton doux-amer, peuplant son monde (l'Ecosse des fifties) d'êtres interlopes, gentiment farfelus et douloureusement pathétiques. Le film appartient au genre plus ou moins nostalgique mettant en scène des arts vénérables disparaissant de leur lente agonie, un vieux monde de cirque et de magie au bout du rouleau dont le spectateur contemple les derniers tristes soubresauts. Les années 1950 se sont imposées au cinéma depuis quelques années comme la période parfaite pour mettre en scène un monde gentiment archaïque, sur le point d'être éclipsé par les années 1960 et la modernité, ce qui était d'ailleurs déjà le sujet du cinéma de Tati, et de ce point de vue là L'Illusionniste remplit son cahier des charges. Et bien sûr, ici la forme rejoint le fond puisque l'animation à l'ancienne semble appartenir de plus en plus au doux si doux passé. Miyazaki s'est fait une spécialité de peindre avec amour le bonheur intemporel de la vie bucolique, Chomet va-t-il s'approprier le créneau des happy days des fifties ?
Si quelqu'un m'a compris c'est que je n'ai pas été clair.
Avatar de l’utilisateur
N°6
Roi gaffeur du Gondor
Roi gaffeur du Gondor
 
Messages: 1382
Inscrit le: 02 Mar 2004 1:44
Localisation: Le Village

Précédent

Retourner vers CinémathèQ'

Qui est làààà ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités

cron